Dr. Pehong Chen – Dealing with information overload

So originally, let’s put everything on the web. So the couple of strategies to deal with that problem, one is the reach on the end which is co-personalization meaning it’s not everything about what I do or who I am. I cannot also tailor all that, whether it’s a competent product towards you. You can set your own likes and dislikes, and preferences. I can then dynamically reorient what I offer to you. So Generation One’s about all about me, me being the company. This next generation, call that one-five if you will, tries to do a better job in championing that which is to say, yeah so that I can…not just about me, I can do something about you. So that’s one strategy.

The other strategy was the Google strategy which is to say “give me a few keywords and I’ll find those things for you and bring them out.” Of course that’s become really, really useful and successful but it has its drawbacks also because it’s not very precise. You always get pages and pages of things back so it’s making it better but not really totally solving the problem per se.

The next generation which is all we’re talking about now with the accompanying consumer social media on Enterprise social networking like what we were talking about, sort of turned the whole table around, instead of about the company or about the company but also about you in one percentage, here we’re talking about truly a system by the users. So it’s a truly people system, it’s truly people-centric even though that’s a concept we’ve been talking about forever but I think the key enabler here is if you can figure out a way for people to be willing to participate, to be engaged and to share, you can really leverage this network effect to a so-called N-squared effect. You have N participants who becomes a geometric, no productivity already thought of that, whether it’s about problem-solving, or exception-handling, or idea-generation, innovation, all the things that any traditional business process does not capture, you now have a way of kind of harness that, both inside your company and outside your company and generally speaking you can refer to that as crowdsourcing essentially.

So now back to your original question which is then how do we deal with this information overload? Because whether you are in the Gen One and we try to use search or personalization to address that. Here, you also have the potential of having too many followings so even though in the social environment you are following everyone you face this issue also about. So number one, the way you deal with that instead of being Spend as in the Generation One, you tend to always get Spend by email and so on. One sort of very natural gating factor is that you only subscribe to things you are interested in or involved with or have some knowledge about so in all the social tools we have this concept called stream or feed, it’s kind of like a big river that runs through that but of course when too much stuff is running through that it becomes a torrent…

Autres vidéos

Diego Soroa - We are revisiting the concept of human relationships

Diego Soroa - We are revisiting the concept of human relationships

Ce que je pense être le plus étonnant dans ce qui se passe actuellement, en ce moment même, est le changement de paradigme depuis la linéarité si vous voulez, le Taylorisme, vers le scénario complexe dans lequel nous nous trouvons. Je suppose qu'après la révolution industrielle, et après tous les super-pouvoirs que la technologie a apporté aux êtres humains et aux entreprises, nous devenons plus hyper-connectés que jamais. Et non seulement nous ne sommes pas habitués à ces hyper-connexions, mais[...]
Diego Soroa - Not even artists are ahead of technology at this point

Diego Soroa - Not even artists are ahead of technology at this point

Je veux ajouter l'idée que même les artistes ne sont aujourd'hui pas en avance sur la technologie. Je veux dire, j'avais l'habitude de comprendre l'art en tant que regard prospectif sur la réalité et sans doute sur les futurs potentiels de l'humanité. Mais aujourd'hui - je disais que l'artiste semble être une sorte d'individu qui digère, ou la partie qui digèrent les changements qui se passent dans la société. A ce moment-là, comment faire comprendre aux entreprises, aux organisations, la[...]
Diego Soroa - On Wuzzin - Those principles should be completely subjective

Diego Soroa - On Wuzzin - Those principles should be completely subjective

Nous essayons d'apporter les avantages des startups - des entreprises auto-organisées - aux grandes entreprises dans lesquelles nous pensons qu'il y a un énorme potentiel d'individus talentueux et motivés; mais ils sont juste mal connectés. Je crois que tout est question de la façon dont nous sommes connectés, parce que ces connexions représentent la culture et le potentiel des entreprises. Et je ne sais pas si je l'ai mentionné lors de notre précédente conversation, mais je me considère comme un[...]
Diego Soroa - The meaning of business might have to be social too

Diego Soroa - The meaning of business might have to be social too

L'autre jour je regardais un débat dans lequel ils parlaient de salaire minimum, d'essayer de garantir un salaire minimum à tous. Et ça ne se passait pas en Espagne, dans un parti socialiste ou ce genre, cela se passait dans la Silicon Valley. Parce que les capitalistes les plus féroces se rendaient compte qu'il n'y avait sans doute pas d'alternative s'ils voulaient continuer à maintenir la consommation à ce niveau. Et s'ils voulaient conserver un minimum de stabilité à la[...]
Diego Soroa - A trial and error process

Diego Soroa - A trial and error process

Je crois aussi qu'une des choses qu'elles devoir apprendre, est un passion pour l'incertitude. Vous m'avez demandé si nous devions nous diriger vers plus de curation ou plus de créativité. Et je pense qu'en fait il s'agit plus ou moins de la même chose, parce que pour moi la créativité est la capacité de faire de la curation dans tous les essais et les erreurs que fait votre cerveau, volontairement ou involontairement. Nous devons donc admettre que notre créativité, et[...]
Diego Soroa - Laziness is one of the drivers of technology

Diego Soroa - Laziness is one of the drivers of technology

Je dirais que la technologie nous transforme, utilisant ou prenant avantage de notre paresse. Je pense que c'est un des moteurs secrets de l'énergie de... désolé, de la technologie, parce qu'au nom de ce confort ou de cette paresse, nous voulons même changer notre base, ce qui nous définit en tant qu'êtres humains, en tant qu'amis, en tant que communauté, parce que... parce que nous sommes paresseux. Parce que c'est simple, parce que c'est immédiat, parce que je n'ai plus[...]
Diego Soroa - What we do can be codified

Diego Soroa - What we do can be codified

Ne pas avoir besoin d'employés. Le scénario se la chute d'emplois, je crois que c'est vraiment critique. Je pense que c'est là où se brise mon optimisme, je crois que ça va être très dur. Je veux dire, je suis architecte au départ; je construis un immeuble de bureau en ce moment, en plus des arcs-en-ciel et en plus du software. Mais je vois que ce que nous faisons peut être codifié, et même les esthétiques que nous utilisons pour mettre[...]
Nigel Paine - It’s a totally different way of working

Nigel Paine - It’s a totally different way of working

Le pouvoir de l'espace physique devient le pouvoir de l'espace virtuel, c'est parfaitement vrai. Et - une des mes activités est d'appartenir au board d'une startup à DC aux Etats Unis, et donc je travaille avec des gens âgés de 27-28 ans, et la manière dont - lorsque nous nous rencontrons, la façon dont ils utilisent la technologie est étonnante. La technologie m'est évidement très familière, je l'utilise tous les jours lorsque... mais je n'ai toujours pas cette sorte de[...]
Nigel Paine - It’s clearly not a good way to go

Nigel Paine - It’s clearly not a good way to go

Je pense qu'à une certaine époque, les entreprise aspiraient à être General Motors, ce qui est bon pour General Motors est bon pour l'Amérique, et le résultat a été un désastre, un désastre absolu. Elles ont détruit tout ce qu'elles ont touché, regardez ce qu'elles ont fait de Detroit, aussi je pense que les gens étaient un peu plus cyniques et ne voulaient acheter ce genre de discours, mais je crois que les entreprises peuvent se concentrer sur l'impact qu'elles[...]
Nigel Paine - Work is leaning, learning is work

Nigel Paine - Work is leaning, learning is work

Je suis persuadé de ce que les seules entreprises qui survivront durant les vingt prochaines années sont celles qui sont flexibles, agiles et créatives, capable de supporter la volatilité, l'incertitude, la complexité et l'ambiguïté, et le seul moyen de le faire est d'avoir des gens qui apprennent. L'apprentissage devient l'essence du travail, travailler, c'est apprendre, apprendre, c'est travailler, comme vous savez. Et de fait, nous devons changer radicalement ce que nous appelons apprentissage corporate, et sous bien des angles nous[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>