Dr. Pehong Chen – Dealing with information overload

So originally, let’s put everything on the web. So the couple of strategies to deal with that problem, one is the reach on the end which is co-personalization meaning it’s not everything about what I do or who I am. I cannot also tailor all that, whether it’s a competent product towards you. You can set your own likes and dislikes, and preferences. I can then dynamically reorient what I offer to you. So Generation One’s about all about me, me being the company. This next generation, call that one-five if you will, tries to do a better job in championing that which is to say, yeah so that I can…not just about me, I can do something about you. So that’s one strategy.

The other strategy was the Google strategy which is to say “give me a few keywords and I’ll find those things for you and bring them out.” Of course that’s become really, really useful and successful but it has its drawbacks also because it’s not very precise. You always get pages and pages of things back so it’s making it better but not really totally solving the problem per se.

The next generation which is all we’re talking about now with the accompanying consumer social media on Enterprise social networking like what we were talking about, sort of turned the whole table around, instead of about the company or about the company but also about you in one percentage, here we’re talking about truly a system by the users. So it’s a truly people system, it’s truly people-centric even though that’s a concept we’ve been talking about forever but I think the key enabler here is if you can figure out a way for people to be willing to participate, to be engaged and to share, you can really leverage this network effect to a so-called N-squared effect. You have N participants who becomes a geometric, no productivity already thought of that, whether it’s about problem-solving, or exception-handling, or idea-generation, innovation, all the things that any traditional business process does not capture, you now have a way of kind of harness that, both inside your company and outside your company and generally speaking you can refer to that as crowdsourcing essentially.

So now back to your original question which is then how do we deal with this information overload? Because whether you are in the Gen One and we try to use search or personalization to address that. Here, you also have the potential of having too many followings so even though in the social environment you are following everyone you face this issue also about. So number one, the way you deal with that instead of being Spend as in the Generation One, you tend to always get Spend by email and so on. One sort of very natural gating factor is that you only subscribe to things you are interested in or involved with or have some knowledge about so in all the social tools we have this concept called stream or feed, it’s kind of like a big river that runs through that but of course when too much stuff is running through that it becomes a torrent…

Autres vidéos

Marie Puybaraud - New skills and probably a new profession

Marie Puybaraud - New skills and probably a new profession

Nous somme dans une ère où le flux d'information est devenu quasiment incontrôlable. Et c'est ce que vous faites de ce flux d'information qui est en train de devenir extrêmement important pour une entreprise. Je pense que si vous aviez la possibilité de réellement maîtriser le niveau de données que nous générons et collectons à l'intérieur d'une entreprise, nous serions bien plus intelligents, mais nous ne sommes pas encore arrivés au stade de faire ça. Nous parlons beaucoup du monde[...]

Emanuele Quintarelli - Organizations should recognize customers as peers

Emanuele Quintarelli - Organizations should recognize customers as peers

Je ne crois pas que le problème vienne des clients. Je crois qu'il vient des entreprises, pour une raison très simple. Les entreprises ont eu jusqu'à présent le pouvoir, elles sont donc habituées à contrôler le client. Les clients apprennent l'expérience de la liberté, une énorme liberté, et utilisent cette liberté pour transformer le marché d'une façon qui corresponde mieux à leurs attentes. Aussi je pense que le devoir éthique est du côté de l'entreprise. L'entreprise devrait reconnaître ses clients[...]

Emanuele Quintarelli - It will be somewhat a cruel change

Emanuele Quintarelli - It will be somewhat a cruel change

Je crois que le social business ne concerne pas tant les technologies sociales que le nouveau rôle de l'entreprise. Si vous voulez appeler ça partage de valeur, vous pouvez, mais à la base ce n'est pas juste délivrer de la valeur pour l'actionnaire, mais considérer les clients et les parties prenantes en tant que co-créateurs de nouveaux produits, de nouveaux services, et de nouvelle valeur, donc de servir la société, et non juste de lui vendre. Je pense que c'est une[...]

Emanuele Quintarelli - it's not easy to choose freedom

Emanuele Quintarelli - it's not easy to choose freedom

Si vous recherchez la sécurité, si vous voulez avoir un travail, si vous voulez avoir un salaire, vous êtes poussé vers l'entreprise. Les grandes entreprises sont encore vues comme un refuge pour beaucoup de gens, et je peux comprendre pourquoi. Mais, là encore, les grandes entreprises ne sont pas le meilleur endroit pour libérer la créativité des gens, libérer leur énergie, développer de nouvelles solutions pour le marché. Il y a donc deux aspects, et le compromis est entre la[...]

Emanuele Quintarelli - Organizations change people but don't change shape

Emanuele Quintarelli - Organizations change people but don't change shape

En ce moment, l'entreprise essaye de suivre le rythme du changement que les gens vivent dans leur vie privée. Le fait est que ça ne marche pas parce que les entreprises n'y voient pas de valeur et parce que les entreprises ne sont pas créées pour changer. Je pense que c'est un point clef, ce que sont aujourd'hui les entreprises sert juste à les protéger du changement. Elles ne changent que si elles le doivent pour survivre, et dans certains cas,[...]

Emanuele Quintarelli - We are not collaborating we are fighting

Emanuele Quintarelli - We are not collaborating we are fighting

Je ne suis pas sûr que ce soit une chose que l'on apprenne à l'école. J'ai vu de jeunes embauchés venir de bonnes universités, et au bout de quelques semaines ils prennent le moule de l'entreprise. Aussi vous pouvez avoir de bons principes, vous pouvez avoir un grand savoir théorique , mais lorsque vous entrez dans un vaste organisme tel que l'entreprise, vous vous adaptez simplement à elle si vous voulez vous intégrer. Et tout le monde veut, à un[...]

Emanuele Quintarelli - Engaging people into a broader mission

Emanuele Quintarelli - Engaging people into a broader mission

Je pense que les gens ont un besoin désespéré de finalité; quelque chose de différent, quelque chose qu'ils ne peuvent pas trouver dans l'entreprise. Et pour certaines entreprises, ça n'a pas de sens, parce qu'elles n'ont pas besoin de plus. Elles exécutent et cela leur suffit. Je ne sais pas pour combien, pour quel pourcentage du marché... mais lorsque vous voulez obtenir plus des gens. En ce moment nous ne pouvons pas leur donner plus d'argent, nous ne pouvons pas[...]

Luis Suarez - Chaos can be a wonderful thing

Luis Suarez - Chaos can be a wonderful thing

Quiconque a essayé de faire quelque chose de structuré, et de l'industrialiser, et de le merchandiser, aura un problème avec le chaos. Et en fait l'essentiel de la résistance qui existe, en termes d'utilisation des outils de mise en réseau, vient de cela. Parce que les réseaux sociaux introduisent des situations non structurées chaotiques. Et les gens ne se sentent pas à l'aise avec ces situations, parce qu'ils ne sent pas où elles se trouvent, ni que faire. Et ce que[...]

Luis Suarez - We as human beings are going to unite together

Luis Suarez - We as human beings are going to unite together

Pour parler de mon propre pays, tout le monde sait qu'ils font face à toutes sortes de problèmes, la corruption généralisée, et plein de choses qui se passent. Vous savez, les partis politiques, en polarisant tout le discours, amènent les gens à haïr le dieu des autres et à se battre, et à avoir toutes sortes de comportements malsains, et c'est un environnement assez tendu. Vous pouvez sentir cela dans les rues. Vous pouvez sentir à quel point les gens[...]

Luis Suarez - Organizations need to get the world back on track

Luis Suarez - Organizations need to get the world back on track

Les entreprises ont-elles aujourd'hui une raison d'être ? Oui, réparer le gâchis stupide qu'elles ont créé au cours des 50-60 dernières années. C'est la principale raison d'être. Elle doivent remettre le monde sur ses rails. Elles sont les seules à pouvoir remettre le monde sur ses rails. Et pourquoi je dis qu'elles sont les seules ? Parce qu'elles sont les seules à avoir l'argent, et malheureusement c'est de l'argent qu'elles ont rançonné. Et si vous regardez... Je veux dire l'autre[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>