Dr. Pehong Chen – Dealing with information overload

So originally, let’s put everything on the web. So the couple of strategies to deal with that problem, one is the reach on the end which is co-personalization meaning it’s not everything about what I do or who I am. I cannot also tailor all that, whether it’s a competent product towards you. You can set your own likes and dislikes, and preferences. I can then dynamically reorient what I offer to you. So Generation One’s about all about me, me being the company. This next generation, call that one-five if you will, tries to do a better job in championing that which is to say, yeah so that I can…not just about me, I can do something about you. So that’s one strategy.

The other strategy was the Google strategy which is to say “give me a few keywords and I’ll find those things for you and bring them out.” Of course that’s become really, really useful and successful but it has its drawbacks also because it’s not very precise. You always get pages and pages of things back so it’s making it better but not really totally solving the problem per se.

The next generation which is all we’re talking about now with the accompanying consumer social media on Enterprise social networking like what we were talking about, sort of turned the whole table around, instead of about the company or about the company but also about you in one percentage, here we’re talking about truly a system by the users. So it’s a truly people system, it’s truly people-centric even though that’s a concept we’ve been talking about forever but I think the key enabler here is if you can figure out a way for people to be willing to participate, to be engaged and to share, you can really leverage this network effect to a so-called N-squared effect. You have N participants who becomes a geometric, no productivity already thought of that, whether it’s about problem-solving, or exception-handling, or idea-generation, innovation, all the things that any traditional business process does not capture, you now have a way of kind of harness that, both inside your company and outside your company and generally speaking you can refer to that as crowdsourcing essentially.

So now back to your original question which is then how do we deal with this information overload? Because whether you are in the Gen One and we try to use search or personalization to address that. Here, you also have the potential of having too many followings so even though in the social environment you are following everyone you face this issue also about. So number one, the way you deal with that instead of being Spend as in the Generation One, you tend to always get Spend by email and so on. One sort of very natural gating factor is that you only subscribe to things you are interested in or involved with or have some knowledge about so in all the social tools we have this concept called stream or feed, it’s kind of like a big river that runs through that but of course when too much stuff is running through that it becomes a torrent…

Autres vidéos

John Bordeaux - The language is they want to change

John Bordeaux - The language is they want to change

Vous savez, c'est drôle. Le langage est qu'ils veulent changer. E" lorsque vous mettez cela sur la table, les gens pensent "Oh vous savez, nous avons la culture idoine pour le social business, parce qu'ils veulent changer. Et, là encore, j'ai eu le privilège de travailler avec de grands clients à l'international. La plus grande partie de ma vie c'est passé avec le secteur public. Je travaille maintenant pour le secteur privé depuis quelques années, et c'est édifiant. Mais lorsque[...]

John Bordeaux - It is the community not the corporations

John Bordeaux - It is the community not the corporations

La dernière fois que les entreprises se sont davantage impliquées dans la société civile, nous avons eu des villes ouvrières et des enfants travaillant dans des ateliers clandestins. Je préférerais qu'elles ne se soient pas investies dans leurs systèmes actuels d'incitations et de notions de résultats trimestriels. Non, je préférerais que les entreprises soient plus impliquées. Et vous voyez de quelle manière, non ? Dans le système éducatif, les talents du 21ème siècle, je peux voir quelques initiatives ici et[...]

John Bordeaux - We are disengaged with where our work is being done

John Bordeaux - We are disengaged with where our work is being done

Un des aspects sombres est que je peux dire que je collabore parce que mes coéquipiers se rencontrent plusieurs fois par semaine et cela ne nous prend pas trop de temps; c'est plutôt rapide; nous sommes géographiquement éparpillés. Mais si la hiérarchie de la réunion - si la dynamique de la réunion, et la dynamique des conversations, et l'état d'esprit autour de la table est autour d'une seule idée, en fait je prends un raccourci. Je dis que je collabore mais en[...]

John Bordeaux - The true nature of the network economy

John Bordeaux - The true nature of the network economy

Et le plus - le plus tôt nous pourrons réaliser que tous les réseaux sont connectés, et nous déciderons de nous débarrasser de ces choses - et mettre des barrières, oh, personne n'y croit plus. Vous savez, c'est n'importe quoi. C'est complètement faux pour une raison, un être humain sera sur votre réseau, puis il rentrera chez lui et se mettra sur son réseau personnel, et vous reliez juste les réseaux. Je veux dire, soyons franc sur la sécurité nationale.[...]

John Bordeaux - Creativity is the core aspect

John Bordeaux - Creativity is the core aspect

J'ai eu le privilège de travailler sur une étude pour le Congrès, le projet de réforme de la sécurité nationale, et j'ai pu rencontrer des gens vraiment remarquable dans le système de sécurité nationale des Etats-Unis au cours des années. Et un commentaire qu'un monsieur a fait était, vous savez, au cours d'une crise, nous nous sommes assis dans la salle de sécurité, et nous avons écouté l'analyste économique qui nous expliquerait comment l'économie régionale serait affectée. Nous avons écouté l'analyste militaire, et ils[...]

John Bordeaux - Companies are not integrating into communities

John Bordeaux - Companies are not integrating into communities

Les entreprises ne s'intègrent pas dans les communautés, et voici une réflexion, parce qu'elles n'en n'ont pas besoin. Nous pouvons arrêter l'enregistrement et être un peu pessimistes à ce sujet, mais les entreprises ne s'intègrent pas aux communautés parce que a) je peux trouver une communauté qui serve mieux mes intérêts pour mener mes affaires. Aussi, je vais juste acheter un opérateur local dans un autre pays où la culture me satisfait mieux parce que les lois sont moins contraignantes,[...]

David Terrar - The nature of the organization is changing

David Terrar - The nature of the organization is changing

Je crois que la nature de l'entreprise est en train de changer. Le travail a toujours été social et les entreprises maintenant deviennent des objets sociaux et sont connectées comme elles ne l'ont jamais été. Aussi, je pense que leur rôle et leur nature et la manière dont elles interagissent sont en train de changer. Je pense que nous allons vers un monde où il y aura beaucoup plus de collaboration entre les entreprises et c'est une bonne chose. Et[...]

David Terrar - Not throwing away the good ideas of the past

David Terrar - Not throwing away the good ideas of the past

Je crois que nous avons traversé une période, sans doute dans les années quatre-vingt-dix, où les entreprises ont commencé à essayer de ce débarrasser des couches de management intermédiaire. Et nous avons abouti à une approche du management plus matricielle dans certaines entreprises. Et je pense que nous nous dirigeons vers un monde où les managers intermédiaires traditionnels sont souvent des gens qui mettent des bâtons dans les roues, et ne sont pas vraiment nécessaires. Et en fait, avec les[...]

David Terrar - Their purpose is not all about growing business

David Terrar - Their purpose is not all about growing business

Disons, un de mes clients est dans la comptabilité. J'ai beaucoup de comptables parmi mes clients. Mais leur raison d'être n'est pas uniquement de percevoir des honoraires de leurs clients et de faire des profits. Ce qu'ils essayent de faire, c'est aider les entreprises à se développer et à grandir, et donc ils se voient comme un conseil en organisation qui va aider les entreprises à devenir plus grosses, meilleures, à obtenir un retour, à vraiment aider les fondateurs à obtenir[...]

David Terrar - We are living in a world of digital disruption

David Terrar - We are living in a world of digital disruption

L'autre chose que je crois réellement importante est... cela revient à la créativité et à la génération d'idées. Prenez du recul pour un moment. En ce moment, nous vivons dans un monde où le cloud, le social et le mobile, trois technologies disruptives surviennent simultanément. Nous n'avons jamais eu trois disruptions technologiques en même temps au cours des quarante dernières années des technologies de l'information. ET c'est pourquoi nous vivons un monde de disruption digitale, ce qui explique d'une autre[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>