Jon Husband – Collaboration will happen at the exception points of processes

Later on, when we get into what will collaboration do, it will make, I think, changes to those kinds of business processes; more essential, but probably more frequent. And that’s what I think one of the key things that collaboration can take us through eventually in terms of changing much things – is sort of, let’s call it continuous improvement in real time – as you keep adapting information systems. Because the points where both collaboration and social interaction happen will be typically at the exception points of business processes. If everything is working smoothly and works well, you don’t really need much interaction, much feedback, etcetera.

And I think this is that kind of point Sameer Patel and others have been making. It’s really exception handling, it’s where you have the potential for improvement. That’s in the business process world. What I also want to mention, I guess, is that I think that in terms of collaboration there are two large worlds.

There is collaboration externally, with customers and suppliers, and there is collaboration internally, working. And I think that, by and large, many people are just in a place doing a job, there is the exception handling and other aspects and routine, banal information exchanges with colleagues to get things done inside a business process. Where I see more opportunity then is as business processes always get refined and changed, exception handling comes into play mostly in some form of customer service. Is that fair to say?

And there again, I’ve been coming out from the North American point of view, you see changes and saw a wave over the last 10 years – there are a lot of customer service training. You can recognize that because it becomes a routine in how you get responded to. And now you’re seeing another wave of, I think, probably better training where the customer service is more about asking questions, and trying to get to the root of the problem, and find out the exception or the problem handled. And I – excuse me, I’m just checking my notes here. You see that mostly in the retail areas and in basic services. So, I’m thinking about going downtown in Vancouver or Toronto or whatever, and I typically get annoyed by retail people. France is a whole different thing; I mean, I’m always struck by… if you go to Paris, if you go inside the door then people expect in little retail stores you to buy something and if you just say, “I’m looking.” They get annoyed.

Autres vidéos

Saul Kaplan - We're not enabling people to be more curious

Saul Kaplan - We're not enabling people to be more curious

Nous ne donnons pas aux gens le pouvoir d'être plus curieux, d'être -- d'explorer plus, de renforcer leurs réseaux, d'être plus intelligents, d'essayer de nouvelles choses. Nous revenons à -- nous essayons de forcer les gens à faire une tâche spécifique et ensuite nous sommes frustrés lorsque nous pouvons automatiser ces tâches, et le travail réel que l'être humain devrait accomplir, qui est ce dont vous et moi discutons, nous n'avons pas vraiment donner aux gens l'environnement et les outils[...]
Saul Kaplan - I don’t care about your organization chart

Saul Kaplan - I don’t care about your organization chart

Je n'aime même pas utiliser le mot organisation - c'est pourquoi je parle de modèles, parce que je crois que les modèles sont juste des réseaux de compétences qui s'assemblent pour faire un travail ou pour résoudre un problème dans le monde réel, et je veux être capable d'accéder dans mon réseau à des compétences qui proviennent de plein d'endroits différents. Et je ne veux pas être limité uniquement par les compétences qui sont présentes dans l'organisation A. Lorsque quelqu'un me[...]
Saul Kaplan - How to create purposeful networks

Saul Kaplan - How to create purposeful networks

Nous avons grandi à une époque où nous contemplions les leaders dans leurs tours d'ivoire: les grandes institutions, qu'ils s'agisse d'universités, d'entreprises ou du gouvernement. Nous pensions qu'ils étaient responsables de la conduite du changement. J'en suis venu à croire que le changement n'est pas prêt d'arriver de cette façon. Je veux dire que si nous comptons sur les leaders institutionnels qui sont responsables des modèles actuels pour arriver avec les modèles de demain, et nous y emmener, ils ne[...]
Saul Kaplan - It's an exciting time

Saul Kaplan - It's an exciting time

Vou savez, une poignée de gens vous devenir follement riches et le reste d'entre nous vont conduire des voitures à temps partiel pour Uber ou pour un quelconque business modèle. Et je ne crois pas -- et j'aime nous imaginer évoluer vers une époque de prolifération continue de business modèles répondant aux besoins de petits sous-ensembles de la population, plutôt qu'un business modèle prédominant qui répond aux besoins de beaucoup de gens, tandis que beaucoup de besoins restent sans réponse[...]
Saul Kaplan - These old organization models are really getting in the way

Saul Kaplan - These old organization models are really getting in the way

C'est une drôle de chose que nous avons créée. Nous avons tous ces gens qui travaillent dans ces grandes entreprises qui les ont tellement roués de coups avec voici ta fonction, voici ce que tu peux faire et voici comment nous t'apprécions. Nous ne t'apprécions pas, tu sais, parce que... quand tu endosses l'habit du client; nous ne t'apprécions pas pour ta capacité à partager des histoires sur ce que tu fais. Baisement, nous disons à nos employés qu'il est interdit[...]
Saul Kaplan - Find people who know they want to change

Saul Kaplan - Find people who know they want to change

Tout au long de ma carrière, ma théorie du changement a été... J'appelle ça le modèle prosélytiste. Nous étions intelligents. Nous étions éloquents. Nous pouvions créer de superbes présentations Powerpoint et nous pouvions aller faire de grands discours aux leaders, et l'idée était que si nous continuions à parler suffisamment fort, et de manière suffisamment intelligente, nous convaincrions plus de gens à changer. Et ça ne marchait pas parce que ceux qui ne voulaient pas changer ne changeaient pas. Peu[...]
Saul Kaplan - We are stuck in these old systems

Saul Kaplan - We are stuck in these old systems

Nous sommes là au milieu de systèmes, qu'il s'agisse du système de santé, de l'éducation ou du gouvernement, ou des systèmes communautaires, qui sont là depuis toujours. Et nous savons tous que nous pouvons mieux faire au 21ème siècle et que nous pourrions utiliser la technologie pour résoudre les problèmes des citoyens, ou des patients, ou des étudiants de manière différente. Le problème que nous avons est que nous sommes bloqués dans ces vieux systèmes, et que nous n'avons pas[...]
John Hagel - The courage to pursue this change

John Hagel - The courage to pursue this change

Je pense qu'à un certain niveau cela va commencer au niveau individuel; les gens voudront de moins en moins accepter le modèle traditionnel, il y aura donc une pression sur les entreprises en ce sens. Je pense que les entreprises cherchant à se transformer, notamment si vous parlez des grandes entreprises, rencontrent des challenges très difficiles; il y a des systèmes immunitaires et des anticorps très puissants construits dans les grandes entreprises pour résister au changement de façon très efficace. Nous[...]
John Hagel - We all have responsibility to take initiatives

John Hagel - We all have responsibility to take initiatives

Dans un système de marchés, les entreprises vont devoir répondre aux besoins des gens, et si les gens sont juste à la recherche de produits bon marché et de valeur raisonnable, elles vont se concentrer sur ce niveau très étriqué. D'un autre côté, et je crois qu'en tant que personnes impliqués dans les marchés nous sommes en train de transformer nos attentes vis-à-vis des entreprises. Et je crois qu'au fil du temps les marchés vont répondre à ce changement d'attentes de la[...]
John Hagel - The power of narratives

John Hagel - The power of narratives

Je ne veux pas sous-estimer ou dévaloriser le pouvoir des histoires, les histoires ont avec nous une connexion très émotionnelle, et sont très faciles à mémoriser. D'un autre côté pour moi la différence est dans les narratifs, les histoires ont tendance à être très fermées sur elles-mêmes, elles ont un vrai début, une résolution, et une fin. Les narratifs ont une fin ouverte. Il n'y a pas encore de résolution, elles identifient une opportunité à l'horizon, quelque chose de très[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *