Emanuele Quintarelli – We are not collaborating we are fighting

Je ne suis pas sûr que ce soit une chose que l’on apprenne à l’école. J’ai vu de jeunes embauchés venir de bonnes universités, et au bout de quelques semaines ils prennent le moule de l’entreprise. Aussi vous pouvez avoir de bons principes, vous pouvez avoir un grand savoir théorique , mais lorsque vous entrez dans un vaste organisme tel que l’entreprise, vous vous adaptez simplement à elle si vous voulez vous intégrer. Et tout le monde veut, à un moment ou un autre, se sentir être un bon élément de l’entreprise, être bien intégré.

Je pense que le problème vient principalement de l’entreprise; j’ai vu des entreprises, de très grandes entreprises, nous engager pour les aider à collaborer, alors que leur culture est uniquement à base de compétition. La conclusion était que vous ne pouvez pas collaborer si vous ne transformez pas votre culture, et ils ne pouvaient clairement pas faire ça. Aussi je crois que l’on peut vous apprendre à faire une chose différente, mais si vous voyez que le système d’incitations, les comportements, les attentes et les KPIs sont tous conçus pour préserver la structure existante, le status quo existant, alors ça ne marchera pas.

Je vois ça tous les jours, oui nous collaborons, non, nous ne collaborons pas. Nous ne collaborons pas, nous nous battons, nous tuons les gens, voila ce que nous faisons. Vous pouvez bien m’apprendre comment faire, je sais déjà comment faire, mais je ne veux pas le faire, parce que j’ai compris que dans une certaine culture organisationnelle, ce n’est pas le bon moyen d’avancer. Vous allez juste mourir. C’est la seule issue, alors pourquoi collaborer ? Je ne collabore pas, alors apprendre est une chose, mais être capable de voir l’effet de ce que vous devriez faire est une chose totalement différente.

Autres vidéos

Emanuele Quintarelli - Organizations should recognize customers as peers

Emanuele Quintarelli - Organizations should recognize customers as peers

Je ne crois pas que le problème vienne des clients. Je crois qu'il vient des entreprises, pour une raison très simple. Les entreprises ont eu jusqu'à présent le pouvoir, elles sont donc habituées à contrôler le client. Les clients apprennent l'expérience de la liberté, une énorme liberté, et utilisent cette liberté pour transformer le marché d'une façon qui corresponde mieux à leurs attentes. Aussi je pense que le devoir éthique est du côté de l'entreprise. L'entreprise devrait reconnaître ses clients[...]
Emanuele Quintarelli - It will be somewhat a cruel change

Emanuele Quintarelli - It will be somewhat a cruel change

Je crois que le social business ne concerne pas tant les technologies sociales que le nouveau rôle de l'entreprise. Si vous voulez appeler ça partage de valeur, vous pouvez, mais à la base ce n'est pas juste délivrer de la valeur pour l'actionnaire, mais considérer les clients et les parties prenantes en tant que co-créateurs de nouveaux produits, de nouveaux services, et de nouvelle valeur, donc de servir la société, et non juste de lui vendre. Je pense que c'est une[...]
Emanuele Quintarelli - it's not easy to choose freedom

Emanuele Quintarelli - it's not easy to choose freedom

Si vous recherchez la sécurité, si vous voulez avoir un travail, si vous voulez avoir un salaire, vous êtes poussé vers l'entreprise. Les grandes entreprises sont encore vues comme un refuge pour beaucoup de gens, et je peux comprendre pourquoi. Mais, là encore, les grandes entreprises ne sont pas le meilleur endroit pour libérer la créativité des gens, libérer leur énergie, développer de nouvelles solutions pour le marché. Il y a donc deux aspects, et le compromis est entre la[...]
Emanuele Quintarelli - Organizations change people but don't change shape

Emanuele Quintarelli - Organizations change people but don't change shape

En ce moment, l'entreprise essaye de suivre le rythme du changement que les gens vivent dans leur vie privée. Le fait est que ça ne marche pas parce que les entreprises n'y voient pas de valeur et parce que les entreprises ne sont pas créées pour changer. Je pense que c'est un point clef, ce que sont aujourd'hui les entreprises sert juste à les protéger du changement. Elles ne changent que si elles le doivent pour survivre, et dans certains cas,[...]
Emanuele Quintarelli - Engaging people into a broader mission

Emanuele Quintarelli - Engaging people into a broader mission

Je pense que les gens ont un besoin désespéré de finalité; quelque chose de différent, quelque chose qu'ils ne peuvent pas trouver dans l'entreprise. Et pour certaines entreprises, ça n'a pas de sens, parce qu'elles n'ont pas besoin de plus. Elles exécutent et cela leur suffit. Je ne sais pas pour combien, pour quel pourcentage du marché... mais lorsque vous voulez obtenir plus des gens. En ce moment nous ne pouvons pas leur donner plus d'argent, nous ne pouvons pas[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *