John Bordeaux – It is the community not the corporations

La dernière fois que les entreprises se sont davantage impliquées dans la société civile, nous avons eu des villes ouvrières et des enfants travaillant dans des ateliers clandestins. Je préférerais qu’elles ne se soient pas investies dans leurs systèmes actuels d’incitations et de notions de résultats trimestriels. Non, je préférerais que les entreprises soient plus impliquées. Et vous voyez de quelle manière, non ? Dans le système éducatif, les talents du 21ème siècle, je peux voir quelques initiatives ici et là, Cisco, Microsoft et quelques autres, qui essayent d’aider les communautés de l’école et de l’université à comprendre les besoins qu’ont les entreprises. De quels talents vais-je avoir besoin ? Et je mentionne une autre chose que j’ai –  il y a une grande entreprise qui est venue voir le ministère de l’Education pour dire “j’aurai besoin de 10 000 ingénieurs dans les dix prochaines années. Pourrai-je avoir des Américains ?” Je ne sais pas. Allez-vous – le système éducatif américain va-t-il générer 10 000 ingénieurs qui pourront travailler sur cela, et nos contrats – nos contrats de sécurité nationale font qu’on ne peut pas engager. Jusqu’à présent. Alors, comment faisons-nous ?

Pour moi, c’était bien. C’était noble. C’était fort de regarder à long terme, de comprendre que le système éducatif américain est misérable et a besoin d’être revu, notamment l’école. Mais en même temps, ça renforce la notion que le système éducatif existe pour remplir les besoins des entreprises. Pas celle que le système éducatif existe pour nous faire avancer en tant qu’individus et nous aider à évoluer, et adopter et créer des sociétés meilleurs. Aussi, sans mettre l’accent dont vous parlez sur la communauté, les entreprises se sentent parfaitement à l’aise pour dire, “eh bien, non, vous avez des tapis roulants. Nous avons des besoins en talents et des attentes en termes de profit relatifs à ces talents, aussi vous devez juste me les fournir pour faire mieux”.

Bien sûr, petite aparté, pour moi l’école est complètement déconnectée de l’université. Aussi, les universités n’expriment pas ce dont elles ont besoin – ce que les enfants sortant du lycée doivent savoir de l’université. Et de la même manière, le monde du travail ne parle pas à l’université ni à l’école. Vous avez trois interlocuteurs importants pour l’apprentissage et l’évolution des gens, comprenez les talents et vous comprendrez le fossé dans l’éducation, parfois ce avec quoi vous commencez, lorsque vous entrez au lycée, quatre ans plus tard, un tiers des métiers que vous pensiez pouvoir exercer n’existent plus. Nous en avons de nouveaux. Il y a besoin de ce genre de coordination mais elle n’existe pas.

Les entreprises doivent-elles se lancer dans cette histoire et aider ? Oui, elles le doivent. Les interlocuteurs sont toujours en train de tourner en rond sans aucune forme de coordination ou de coopération. En même temps, le mauvais côté est que ce n’est pas le seul rôle de l’éducation. Notre seule – notre aspiration net ant qu’individu ne devrait pas être comment entrer dans la bonne entreprise. En fait, elle doit être comment évoluer vers de meilleures sociétés et quel est le rôle de l’entreprise dans cette société. C’est le centre. Il s’agit de la communauté, et non des entreprises et des intérêts privés et des marchés de capitaux.

Autres vidéos

John Bordeaux - The language is they want to change

John Bordeaux - The language is they want to change

Vous savez, c'est drôle. Le langage est qu'ils veulent changer. E" lorsque vous mettez cela sur la table, les gens pensent "Oh vous savez, nous avons la culture idoine pour le social business, parce qu'ils veulent changer. Et, là encore, j'ai eu le privilège de travailler avec de grands clients à l'international. La plus grande partie de ma vie c'est passé avec le secteur public. Je travaille maintenant pour le secteur privé depuis quelques années, et c'est édifiant. Mais lorsque[...]
John Bordeaux - We are disengaged with where our work is being done

John Bordeaux - We are disengaged with where our work is being done

Un des aspects sombres est que je peux dire que je collabore parce que mes coéquipiers se rencontrent plusieurs fois par semaine et cela ne nous prend pas trop de temps; c'est plutôt rapide; nous sommes géographiquement éparpillés. Mais si la hiérarchie de la réunion - si la dynamique de la réunion, et la dynamique des conversations, et l'état d'esprit autour de la table est autour d'une seule idée, en fait je prends un raccourci. Je dis que je collabore mais en[...]
John Bordeaux - The true nature of the network economy

John Bordeaux - The true nature of the network economy

Et le plus - le plus tôt nous pourrons réaliser que tous les réseaux sont connectés, et nous déciderons de nous débarrasser de ces choses - et mettre des barrières, oh, personne n'y croit plus. Vous savez, c'est n'importe quoi. C'est complètement faux pour une raison, un être humain sera sur votre réseau, puis il rentrera chez lui et se mettra sur son réseau personnel, et vous reliez juste les réseaux. Je veux dire, soyons franc sur la sécurité nationale.[...]
John Bordeaux - Creativity is the core aspect

John Bordeaux - Creativity is the core aspect

J'ai eu le privilège de travailler sur une étude pour le Congrès, le projet de réforme de la sécurité nationale, et j'ai pu rencontrer des gens vraiment remarquable dans le système de sécurité nationale des Etats-Unis au cours des années. Et un commentaire qu'un monsieur a fait était, vous savez, au cours d'une crise, nous nous sommes assis dans la salle de sécurité, et nous avons écouté l'analyste économique qui nous expliquerait comment l'économie régionale serait affectée. Nous avons écouté l'analyste militaire, et ils[...]
John Bordeaux - Companies are not integrating into communities

John Bordeaux - Companies are not integrating into communities

Les entreprises ne s'intègrent pas dans les communautés, et voici une réflexion, parce qu'elles n'en n'ont pas besoin. Nous pouvons arrêter l'enregistrement et être un peu pessimistes à ce sujet, mais les entreprises ne s'intègrent pas aux communautés parce que a) je peux trouver une communauté qui serve mieux mes intérêts pour mener mes affaires. Aussi, je vais juste acheter un opérateur local dans un autre pays où la culture me satisfait mieux parce que les lois sont moins contraignantes,[...]

Comments over the web

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *